vendredi 12 mai 2017

Doit-dire résidence ou maison ?

Beaucoup de journalistes québécois ne connaissent pas la différence entre une résidence et une maison. On l'a encore constaté récemment lors des inondations qui ont frappé la province. Voici un exemple de ce qu'on pouvait lire ou entendre :

« La rivière des Prairies est sortie de son lit, mercredi matin, inondant plusieurs rues et résidences de Pierrefonds et de L’Île-Bizard dans le nord-ouest de Montréal. » (Metro, 3 mai 2017).

Cet emploi du mot résidence ressemble fort à son emploi en anglais, comme le montre l'exemple suivant :

« Montreal flood watch: Residence evacuated, dikes leaking, hoping for army help. » (Montreal Gazette, 7 mai 2017).

Les emplois de residence en anglais et de résidence en français ne se recouvrent pas totalement.

En anglais, « a residence is an establishment where it was originally or currently being used by a host as their main place of dwelling or home. Architecturally, a residence is typically a house, mansion, cottage or grand castles and palaces. Residence may more specifically refer to: House, a home, building, or structure that functions as a habitat for humans or other creatures. » (Wikipedia).

En français, une résidence est un « lieu construit, généralement luxueux, où l'on réside. »

Les deux termes se rejoignent pour désigner : 1) le lieu où l'on réside habituellement (terme juridique, comme domicile), 2) une construction luxueuse (la résidence d'un roi).

Dans le contexte décrivant la situation dans les quartiers pavillonnaires de Montréal, le terme résidence ne convient pas. C'est soit un anglicisme de sens, soit un faux sens (interprétation erronée du sens d'un mot), une impropriété. C'est le mot maison qu'on attend.

Mots clés : français québécois; anglicisme; anglicisme de sens; résidence; maison.